MENU
THEMES

PARTAGER CETTE PAGE SUR LES réseaux sociaux:

L’hébergement du Health Data Hub pourrait être rapatrié en France

Publié le: 20/10/2020  |  Par: Guide Informatique  
L’hébergement du Health Data Hub pourrait être rapatrié en France

Le Health Data Hub pourrait être transféré de Microsoft à un prestataire français. C’est en tout cas ce qu’a déclaré , secrétaire d’État chargé du numérique, le 8 octobre dernier devant le Sénat. Un moyen de défendre la souveraineté numérique de la France après la fin du Privacy Shield.


Microsoft est l’hébergeur cloud du Health Data Hub, la plateforme des données de santé conçue pour faciliter la recherche le 30 novembre 2019 en facilitant le partage des données de santé issues de sources variées.  À l’époque, ce choix de prestataire avait fait couler beaucoup d’encre, et pour cause, Microsoft étant une entreprise américaine elle est sujet au CLOUD act. Ainsi, bien que les données soient stockées aux Pays-Bas, le gouvernement américain peut y accéder avec un mandat. Une situation délicate compte tenu de la nature sensible de ces données.


La situation est désormais encore plus délicate compte tenu de l’invalidation du Privacy Shield. Ce dernier encadrait le transfert de données entre l’Union Européenne et les États-Unis et a été invalidé car les entreprises américaines ne peuvent pas garantir un niveau de sécurité des données similaire à celui du RGPD. Le Privacy Shield n’étant plus valide, plus rien n’encadre le transfert des données du Health Data Hub avec les États-Unis. Une situation quelque peu complexe qui aurait mené Cédric O à reconsidérer le contrat avec Microsoft. Ce dernier a déclaré : « Nous travaillons avec le ministre de la santé Olivier Véran après le coup de tonnerre de l’annulation du Privacy Shield, au transfert du Health Data Hub sur une solution française ou européenne. Nous aurons sur ce sujet des discussions avec nos partenaires allemands. »


Initialement, Microsoft avait été choisi pour son expertise dans le cloud mais également car il était l’un des rares hébergeurs de données de santé certifiés en France. Depuis, des entreprises telles qu’Orange, OVH ou encore Thales ont obtenu cette certification. On pourrait donc prochainement voir le Health Data Hub être hébergé par une entreprise française.


Cédric O continue ainsi de se présenter comme le champion de la souveraineté numérique française. Ce dernier avait déjà refusé d’utiliser les API de Google et Apple pour concevoir Stop-COVID, invoquant la fameuse souveraineté française.


Au-delà de la France, cette annonce ainsi que l’invalidation du Privacy Shield sont révélateurs d’un changement plus profond en Europe. En effet, l’Union Européenne accusant un certain retard sur le plan technologique, elle cherche de plus en plus à prendre son indépendance technologique face aux États-Unis et se hisser à son niveau ainsi qu’à celui de la Chine. Une stratégie qu’elle a affirmée avec le lancement du projet franco-allemand de metacloud GAIA-X. Ce dernier est soutenu par 22 entreprises dont entre autres SAP, BMW, Bosch, Deutsche Telekom, Orange, Siemens et OVH.

Actualités dans la même thématique ...

Microsoft se prépare à lancer un nouveau service de PC dans le cloud. Si des rumeurs courent sur le sujet depuis plusieurs mois déjà, de nouveaux détails ont récemment fuités. Cette nouvelle offre DaaS (Desktop as a Software) permettrait d’accéder à un ...

Réagir à cet article