MENU
THEMES

PARTAGER CETTE PAGE SUR LES réseaux sociaux:

Oracle inaugure un centre de données en France

Publié le: 01/12/2021  |  Par: Guide Informatique  
Oracle inaugure un centre de données en France

Oracle a inauguré son premier centre de données en France. Ce dernier se situe dans les locaux d’Interxion, spécialiste du secteur, à Marseille.

C’est Karine Picard, directrice générale d’Oracle France, qui a eu l’opportunité d’inaugurer ce qu’elle qualifie de première région cloud de l’entreprise américaine dans l’Hexagone. Ce nouveau centre de données est hébergé dans les locaux d’Interxion, spécialiste du domaine et déjà bien installé à Marseille avec trois centres existants et un quatrième à venir.

Si Marseille connaît un tel succès dans le secteur des bases de données, c’est car la cité phocéenne est connectée directement à 43 pays via quinze câbles sous-marins auxquels s’ajouteront six nouveaux câbles dans les deux prochaines années. Fort de cet atout de taille, la ville est devenue le neuvième hub d’Internet dans le monde en l’espace de 6 ans.

C’est dans ce contexte qu’Oracle a choisi Marseille, dans le cadre de son plan de développement en offre Cloud. L’entreprise compte au total ouvrir 14 nouvelles régions cloud dans le monde et disposer d’au moins 44 centres de données d’ici fin 2022. Après Marseille, un second centre de données devrait ouvrir en France en région parisienne. La firme considère que son plan représente l’un des développements les plus rapides parmi tous les fournisseurs de cloud majeur.

C’est un rythme nécessaire si Oracle espère se faire une place dans un secteur dominé par Amazon et Microsoft. Karine Picard reconnaît ainsi qu’Oracle reste un challenger dans la course au cloud. Ce statut, l’entreprise le doit à son retard, en effet elle a tardé à entrer sur le marché. Ce retard présente également des avantages : l’entreprise a eu le temps d’observer le marché et de préparer le mieux possible son entrée. Ainsi, Christophe Négrier, vice-président technologie d’Oracle France et Europe du Sud, explique : « ce retard a permis de faire les choses différemment, d’inclure la question de la sécurité by design au cœur de la construction de ses services ».

Comme pour toute offre Cloud, la question de la souveraineté se pose également. En effet, le CLOUD Act américain permet aux autorités américaines d’accéder aux données hébergées dans le Cloud par des entreprises américaines, et ce, qu’importe l’origine de leur propriétaire. Pour contourner ce texte et proposer des solutions souveraines, les géants américains cherchent à s’associer à des entreprises locales. Ainsi, nous apprenions il y a peu que Google avait noué un partenariat avec Thales pour proposer une solution française. De son côté, Microsoft s’est associé à Capgemini et Orange. Reste donc à voir si Oracle choisira de suivre la même stratégie, et auquel cas, avec qui.

Actualités dans la même thématique ...

Réagir à cet article