MENU
THEMES

PARTAGER CETTE PAGE SUR LES réseaux sociaux:

Un plan d’1,2 milliards de dollars pour protéger les startup technologiques françaises

Publié le: 30/06/2020  |  Par: Guide Informatique  
Un plan d’1,2 milliards de dollars pour protéger les startup technologiques françaises

Alors que la crise économique fragilise les startup françaises de la French Tech, le gouvernement vient à leur rescousse. L’objectif, éviter que les géants du numériques, américains comme chinois, viennent faire leur shopping en France, a déclaré le ministre de l’Économie, Bruno Le Maire.

Le gouvernement a ainsi annoncé un plan de soutien d’un montant global de 1,2 milliards d’euros pour soutenir les entreprises technologiques en cette période difficile. Il espère ainsi préserver les emplois et garantir la souveraineté technologique de la France. D’où le nom de la première mesure de ce plan : le fonds d’investissement « French Tech Souveraineté » d’un montant de 150 millions d’euros. Géré par BpiFrance (la banque publique d’investissement), ce fonds est à destination des startups technologiques françaises développant des technologies d’avenir à caractère souverain. Le gouvernement a pour objectif de porter le montant de ce fonds à 500 millions d’euros d’ici 2021.

Seconde mesure, le fonds FrenchTech Bridge, dont l’objectif est de soutenir la trésorerie de ces entreprises en assurant leur financement entre deux levées de fonds, va recevoir une augmentation de 80 millions d’euros. Par ailleurs, le fonds PSIM (Programme de Soutien à l’Innovation Majeure) créé en 2017 va être rechargé à hauteur de 120 millions d’euros afin d’accompagner les startups lauréates du concours mondial d’innovation. Les dispositifs d’aide à l’innovation sont également renforcés : le concours d’innovation i-Nov reçoit une dotation supplémentaire de 20 millions d’euros tandis qu’une nouvelle vague de Challenges IA sera lancée pour 15 millions d’euros.

Afin de poursuivre l’initiative du plan Deep Tech de BpiFrance, d’autres mesures de soutien au développement de projets technologiques vont être mises en place : le déblocage d’une troisième tranche de financement de 65 millions d’euros pour les SATT (Société d’Accélération du Transfert de Technologies), ainsi que le lancement d’une deuxième vague d’appel à projets dotée de 15 millions d’euros pour les programmes spécialisés dans l’entrepreneuriat et la création d’un nouveau fond d’investissement, FrenchTech Accélération n°2, de 100 millions d’euros.

En plus de toutes ces mesures, Cédric O, secrétaire d’État chargé du numérique, a lancé un appel  à contribution, auprès des entreprises et du grand public afin d’aider le gouvernement à définir les mesures à prendre pour accélérer le développement du numérique en France. L’objectif est d’élaborer un projet de loi qui sera soumis au Parlement avant la fin de l’année.

Cédric O. a déclaré que la FrenchTech attise les convoitises de grands acteurs étrangers et qu’il est donc nécessaire de les protéger et les aider à se développer. C’est pourquoi, le plan du gouvernement se focalisera sur les pépites encore sous le radar plutôt que sur les Next40, un groupe de 40 entreprises, en référence au CAC40, incluant entre autres BlaBlaCar, Deezer, Doctolib et BackMarket, dont la valorisation est supérieure à un milliard d’euros. Pour le gouvernement, les secteurs prioritaires sont la santé, le quantique, la cybersécurité et l’intelligence artificielle. L’objectif est d’éviter de revivre le même scénario qu’en 2019, quand Sentryo, champion lyonnais de la cybersécurité a été acquis par le géant américain Cisco.

Actualités dans la même thématique ...

Les taxes GAFA fleurissent à travers le monde. Que ce soit en France, en Italie, au Royaume-Uni, au Mexique ou même en Turquie, de plus en plus de pays mettent une taxe similaire en place. Si l’objectif est de forcer les GAFA à payer un peu de taxe, Google et Apple ont d’or et ...

Réagir à cet article