MENU
THEMES

PARTAGER CETTE PAGE SUR LES réseaux sociaux:

Microsoft est parvenu à encoder le film Superman sur une plaque de verre

Publié le: 17/12/2019  |  Par: Guide Informatique  
Microsoft est parvenu à encoder le film Superman sur une plaque de verre

Microsoft, en partenariat avec Warner Bros, vient de concevoir un nouveau support de stockage : le verre Silica. Ils sont parvenus à enregistrer l’ensemble du film Superman de 1972 sur une plaque de verre de 75 millimètres de long et de large et épaisse de deux millimètres.

Pour ce faire, un laser encode des données en voxels, l’équivalent en trois dimensions des pixels, à l’intérieur du verre, à l’inverse des autres médias de stockage optique qui encode à la surface, comme un disque. Ensuite, les données peuvent être lues par un algorithme de type machine learning quand de la lumière polarisante traverse le verre.

L’objectif principal du projet Silica est de développer un média de stockage adapté au cloud et aux archives. En effet, le verre ne présente aucun intérêt pour équiper nos ordinateurs, en revanche il a de nombreux avantages pour les data center. Avec le cloud, plutôt que d’être stocké directement sur votre ordinateur, les fichiers sont stockés dans des data center à distance, auxquels vous accédez via Internet. Ces data center sont composés de disques durs, les utiliser pour du long terme est coûteux car les disques durs doivent être remplacés tous les trois à cinq ans. C’est justement pour éliminer cette contrainte que les équipes de Microsoft ont cherché un nouveau média de stockage. Elles l’ont trouvé avec, le verre Silica, ce dernier est éternel. On peut y enregistrer un film, le déposer sur une étagère et le reprendre 100 ans plus tard, les données seront toujours lisibles. Le verre Silica est donc bien plus adapté à cet usage et bien moins coûteux.

C’est pourquoi Warner Bros est très intéressé par le sujet et à décider de s’y associer. Vieux de près de 100 ans, le géant des médias possède un titanesque catalogue de plus de 3000 films, mais également des séries et autres contenus à préserver. L’entreprise ne peut se permettre aucun risque, elle se prépare donc à toutes les éventualités, incendies, tremblement de terre, défaillance des systèmes, etc… Pour ce faire, elle conserve la copie originale ainsi que deux copies numériques, tous les trois dans des espaces différents. Cela représente un travail important. En effet la plupart des supports de stockage nécessitent d’être conservés à une température précise, d’éviter l’humidité et de prendre de nombreuses précautions, ce qui augmente également le coût de stockage et l’empreinte écologique. Ce n’est pas le cas du verre Silica. Lors de test, ce dernier a été placé dans de l’eau en ébullition, cuit dans un four et dans un micro-onde, démagnétisé, frotté et inondé, dans chacun de ces cas les données restent parfaitement lisibles.

Le verre Silica n’a pas vocation à devenir le média de stockage roi qui remplacerait tous les autres. Les équipes de Microsoft sont loin d’avoir terminé leurs recherches mais pour le moment, le processus d’encodage des données est très long. Il n’est pas envisageable de l’utiliser pour des documents fréquemment modifiés comme un Google doc. L’objectif est plutôt de stocker des cold data, des données de valeur qui doivent être archivées mais pas modifiées.

Actualités dans la même thématique ...

Réagir à cet article