MENU
THEMES

PARTAGER CETTE PAGE SUR LES réseaux sociaux:

Les cryptomonnaies ont du mal à convaincre

Publié le: 31/10/2019  |  Par: Guide Informatique  
Les cryptomonnaies ont du mal à convaincre

Les cryptomonnaies sont des devises monétaires virtuelles. La première à avoir été créée est le Bitcoin en 2009. Les cryptomonnaies ont plusieurs objectifs. Le premier est d’offrir de la stabilité. Les gouvernements valorisent ou dévalorisent leurs monnaies selon leurs objectifs. Ces changements de valeurs affectent tous les acteurs privés. Une cryptomonnaie n’a pas de gouverneur central, il n’y a donc aucun risque pour qu’un gouvernement change artificiellement sa valeur. De plus, si une cryptomonnaie parvient à s’imposer et devenir la monnaie de référence, son aspect immatériel lui permettrait d’être utilisée partout dans le monde, mettant fin aux taux de changes. Le second objectif est de simplifier le système bancaire, un simple échange de code clefs permet d’effectuer un virement ou un paiement. Cette simplification permet d’éviter tous les frais bancaires liés au processus actuel. Enfin, les cryptomonnaies offrent une sécurité inégalée par les banques actuelles, cela grâce à la technologie des blockchains. Cette dernière permet d’enregistrer chaque transaction effectuée avec les cryptomonnaies. Il est ainsi possible de produire un grand livre des cryptomonnaies, enregistrant chaque mouvement d’argent ainsi que la quantité totale d’argent en circulation.

Jusqu’à présent le plus gros problème des cryptomonnaies est la confiance. Ce n’est un secret pour personne, une monnaie tire sa valeur de la confiance que les gens lui accordent. Si les monnaies actuelles fonctionnent c’est parce qu’elles sont supportées par des gouvernements en qui nous avons confiance pour préserver leur valeur. Mais les cryptomonnaies sont nouvelles, mal comprises et sans organisme centrale pour les supporter. Dans ces conditions, la confiance qui leur est accordée, et donc leur valeur, peut fortement fluctuer. Par exemple, à ses débuts le bitcoin avait une valeur de moins d’un centime de dollar, début 2017 elle était de 800 dollars. Le 17 décembre 2017, suite à un engouement du public et des médias un bitcoin avait une valeur de 19 783,06$. Mais cinq jours plus tard la bulle explose et le bitcoin perd un tiers de sa valeur en 24 heures, descendant sous les 14 000$. Depuis il s’est stabilisé autour des 8000$ mais il continue de fluctuer bien plus qu’une monnaie classique. Cela s’explique par le fait que le bitcoin est un crypto-actif, sa valeur n’est pas indexée sur quoi que ce soit.

Une cryptomonnaie ne pourra s’imposer qu’à condition que les gens aient confiance en elle. Facebook pense pouvoir générer cette confiance avec la Libra association, un organisme ayant vocation à créer sa propre cryptomonnaie, Libra. Contrairement au bitcoin le Libra est un stablecoin, sa valeur est indexée sur des devises monétaires comme l’euro ou le dollar américain. Cet organisme regroupait 27 membres avec des noms tels que Uber, Spotify, Iliad (Free), Vodafone, Ebay, Booking mais surtout Visa, Mastercard et Paypal. En se joignant aux géants du paiement Facebook espérait rendre Libra digne de confiance. Mais les gouvernements, français comme américains se sont fermement opposés au projet, argumentant que Facebook cherche à obtenir un pouvoir qu’aucun organisme privé ne devrait posséder. Selon des sénateurs américains, Facebook cherche à obtenir les avantages d’une institution financière sans avoir à subir les mêmes régulations. Ils ont alors prévenu Visa, Mastercard et Paypal que dans ce cas ce seront eux qui seront tenus pour responsables et l’ensemble de leurs actions, même en dehors de Libra, seront bien plus surveillés. À la suite de ces menaces Visa, Mastercard, Paypal, Stripe (plateforme de paiement entre professionnels), Ebay et même Booking se sont retirés du projet, et ce, quelques jours avant la tenue de la première réunion de l’association. Il ne reste donc plus qu’un système de paiement dans l’association, le néerlandais PayU. Malgré tout le projet est maintenu. Mark Zuckeberg a toutefois précisé que Libra ne verra pas le jour tant que les questions de régulations n’auront pas été résolues.

Actualités dans la même thématique ...

Le moteur de recherche de Google est désormais plus intelligent. Grâce au NLP (natural language processing) Google Search est capable de mieux comprendre le lien entre les mots dans une phrase. Ce changement devrait modifier le classement des résultats d’une recherche sur dix. Un employé de ...

Réagir à cet article