MENU
THEMES

PARTAGER CETTE PAGE SUR LES réseaux sociaux:

L’autorité de la concurrence britannique sanctionne Facebook dans l’affaire de l’acquisition de Giphy

Publié le: 14/11/2021  |  Par: Guide Informatique  
L’autorité de la concurrence britannique sanctionne Facebook dans l’affaire de l’acquisition de Giphy

L’autorité de la concurrence britannique inflige une amende de 60 millions de dollars à Facebook dans l’affaire du rachat de Giphy. En cause, le réseau social a délibérément ignoré ses requêtes pour obtenir davantage d’informations.

 

En mai 2020, Facebook avait annoncé son intention d’acquérir Giphy, la première plateforme d’hébergement de GIFs dont les services sont utilisés par la quasi intégralité des géants de la Tech, pour la somme de 343 millions d’euros. Très vite, en juin 2020, la Competition and Markets Authority, l’organisme antitrust britannique, s’est opposé à cette acquisition. L’autorité craignait alors de voir les GIFs, devenu un langage à part entière sur le web, devenir plus difficilement accessible en dehors des plateformes de Facebook.

La CMA avait alors émis une injonction pour stopper le processus d’intégration entre les deux sociétés. Elle avait également demandé à Facebook de lui fournir des mises à jour régulières sur la préparation de l’arrivée à venir de Giphy. Le réseau social avait alors décidé de simplement ignorer la requête de la CMA et a caché certaines informations au sujet de cette fusion. C’est dans ce contexte qu’en août dernier, l’autorité britannique s’est opposée contre le rachat de Giphy, tout en laissant une dernière chance à Facebook de se défendre. 

Dans un communiqué, la CMA explique que c’est la première fois qu’une entreprise enfreint une injonction de la CMA en refusant sciemment de fournir toutes les informations demandées. Elle en a donc conclu que Facebook avait choisi délibérément de l’ignorer : « Compte tenu des multiples avertissements qu’elle a donnés à Facebook, la CMA considère que le manquement de Facebook à s’y conformer était délibéré. » Suite à cela, l’autorité a infligé une amende de 50,5 millions de livres sterling, soit près de 60 millions d’euros, à Facebook. En parallèle de cette amende, l’autorité poursuit son enquête sur cette acquisition et affirme qu’aucune décision n’a été prise pour l’instant.

Si le Royaume-Uni est le seul pays à s’opposer à cette acquisition, c’est car Facebook et Giphy ont habilement agi pour qu’elle passe sous le radar des régulateurs antitrust. En effet, Giphy a versé des dividendes à ses investisseurs afin de diminuer sa valeur, dans le but de la faire passer sous un seuil en dessous duquel il n’est pas obligatoire de déclarer les acquisitions. Le Royaume-Uni est le seul pays à avoir réagi face à cette manœuvre et avoir décidé de mener une enquête malgré tout. Cette stratégie semble donc avoir été une réussite pour Facebook et Giphy qui auraient autrement pu faire face à une enquête d’autres autorités aux États-Unis comme en Europe. En effet, compte tenu de l’importance de Giphy dans l’écosystème web, il est étonnant de voir si peu de réactions de la part des régulateurs.

Actualités dans la même thématique ...

Réagir à cet article