MENU
THEMES

PARTAGER CETTE PAGE SUR LES réseaux sociaux:

Facebook a, une fois de plus, menti à tous ses utilisateurs

Publié le: 17/12/2019  |  Par: Guide Informatique  
Facebook a, une fois de plus, menti à tous ses utilisateurs

En 2015, Ted Kramer, développeur de l’application Facebook Six4Three, poursuivait le réseau social en justice après avoir perdu l’accès aux données des amis de ses utilisateurs. Aujourd’hui, plus de 7000 pages d’e-mails et documents de Facebook remis au juge de l’affaire viennent d’être remis publiques. Les documents révèlent que Facebook a limité l’accès aux données de ses utilisateurs à ses concurrents en 2015. Avant 2015, les développeurs d’applications Facebook pouvaient collecter les données à la fois de leurs utilisateurs, mais également des amis de ces derniers. C’est ainsi que l’application ThisIsYourDigitalLife détenait les informations de millions de profils alors qu’elles n’avaient que 300 000 utilisateurs. Elle a ensuite revendu toutes ces informations illégalement à Cambridge Analytica, entrainant le scandale que tout le monde connait.

Depuis 2015, les développeurs ne peuvent plus accéder aux données des amis de leurs utilisateurs. Le réseau social a présenté le changement comme une meilleure protection de la vie privée de ses utilisateurs, une décision prise après une étude des préférences de ces derniers. Si les intentions semblent nobles, il est surprenant de voir Facebook soudainement se préoccuper du respect de la vie privée de ses utilisateurs. Et à juste titre, les échanges d’e-mails entre cadres dirigeants démontrent qu’il s’agit d’une histoire inventée et que l’objectif réel était de limiter l’accès aux données à ses concurrents.

On apprend alors que Facebook classifiait les entreprises en trois catégories : concurrents existants, possible futur concurrents et développeurs avec un business model similaire à celui de Facebook. Les deux premières catégories ont définitivement perdu l’accès aux données des amis de leurs utilisateurs. Pour la dernière catégorie, Facebook leur proposait de payer l’accès en utilisant ses services comme des publicités Facebook. Dans un e-mail, le CEO Mark Zuckeberg explique que l’accès au profil d’un ami d’utilisateur pourrait coûter 10 centimes. Il suggère alors que le développeurs dépensent autant en Facebook Ads ou paie simplement le réseau social. À contrario, certaines applications comme Tinder ou AirBnB sont sur liste blanche et ne sont pas concernés par cette nouvelle règle. Une décision dure à justifier sur tous les points. Comment expliquer aux utilisateurs que certaines applications doivent respecter leur vie privée mais pas d’autres ? Et comment expliquer aux développeurs qu’il est équitable que certains aient accès aux données des amis de leurs utilisateurs mais pas d’autres ? D’autant plus quand Facebook se présente comme une plateforme ouverte et neutre.

En interne, cette nouvelle politique a été baptisée opération Switcheroo, un terme désignant l’inversion de deux objets, souvent à but comique. Woody Allen, un grand adepte du concept, nous en fournit un parfait exemple : il plaisantait que quelqu’un lui a jeté une bible et il a été sauvé par une balle qu’il portait dans sa poche sur la poitrine. Dans le cas de Facebook, le réseau social a inversé ses intérêts économiques avec la vie privée de ses utilisateurs. Les documents fournis manquent toutefois de détail sur la période de 2012 à 2014, pendant laquelle le changement était discuté en interne.

Actualités dans la même thématique ...

Des ingénieurs inventent une puce informatique en 3D En 1965, Gordon Moore, cofondateur d’Intel a fait une observation : la puissance de calcul par dollar double approximativement tous les deux ans. Cette observation est devenue une loi, la loi de Moore. Cette dernière a permis, et permet encore ...

Réagir à cet article