MENU
THEMES

PARTAGER CETTE PAGE SUR LES réseaux sociaux:

L’Inde digitalise les données de santé de ses ressortissants

Publié le: 01/09/2020  |  Par: Guide Informatique  
L’Inde digitalise les données de santé de ses ressortissants

L’Inde lance une nouvelle carte d’identité de santé pour simplifier le système de santé au détriment de la protection des données privées. Cette nouvelle carte devrait stocker l’intégralité des données de santé d’un patient, assurant ainsi que les médecins disposent toujours de toutes les informations nécessaires pour traiter un patient.


Avec ce nouveau projet révolutionnaire, l’Inde se montre très ambitieuse. Cette nouvelle carte d’identité de santé doit stocker l’intégralité des informations médicales d’un individu ainsi que ses prescriptions dans une base de données commune. L’intégralité des citoyens indiens disposeraient de cette carte. Un projet conséquent et a très grande échelle donc, puisqu’avec ses 1,3 milliards d’habitants l’Inde dispose de la seconde population mondiale.


L’objectif est clair, permettre au corps médical du pays de toujours disposer de l’ensemble des informations de santé d’un individu. Cela permet d’éviter un cas où un patient oublie de mentionner des antécédents ou de se voir prescrire des traitements contradictoires. Si ses bénéfices sont conséquents, cette carte d’identité de santé ne vient pas sans inconvénient. En effet, elle pose le problème de la sécurité des données privées. Le gouvernement se veut rassurant, les détenteurs de carte devront accorder un accès temporaire à cette dernière à chaque utilisation pour permettre aux médecins de consulter leurs informations médicales tout en évitant les abus. Cette sécurité ne suffit toutefois pas à lever tous les doutes.


Et pour cause, la sécurité de la carte n’est pas encore parfaitement établi. Ainsi, nous ne savons pas si un voleur peut accéder aux données de la carte. De plus, comment faire en situation d’urgence si un individu n’a pas sa carte sur lui ? L’aspect physique de la carte pose donc des problèmes et il aurait était préférable de simplement créer un dossier virtuel auxquels seuls le corps soignant peut accéder à l’aide d’identifiants privés.


Toutefois, l’aspect physique de la carte n’est pas le seul problème. Le lieu de stockage des données et la sécurité de cette base de données demeurent une question majeure. Ce sujet a récemment fait débat en France, suite à la décision du gouvernement d’héberger les données de santé des citoyens français dans les bases de données cloud de Microsoft. Et pour cause, Microsoft étant une entreprise américaine elle est sujet au Cloud Act qui donne un accès complet à ses données au gouvernement américain sur simple présentation d’un mandat. L’administration indienne doit encore communiquer à ce sujet, toutefois il est fort probable qu’elle ne possède pas en interne les ressources nécessaires pour héberger les données de santé de plus d’un milliard d’individus.


Avec ces cartes d’identité de santé, l’Inde démontre une volonté à la fois de se moderniser et d’améliorer son système de santé. Un moyen de mieux se préparer à de futures épidémies alors que près de 3 millions d’Indiens ont déjà été contaminé par le COVID-19. Cette carte pourrait permettre une meilleure traçabilité de la santé des individus permettant d’être mieux informé pour mieux répondre à une situation similaire à l’avenir.

Actualités dans la même thématique ...

Réagir à cet article