MENU
THEMES

PARTAGER CETTE PAGE SUR LES réseaux sociaux:

Les avions à hydrogène prennent leur envol

Publié le: 30/09/2020  |  Par: Guide Informatique  
Les avions à hydrogène prennent leur envol

Airbus vient de présenter trois concepts d’avions propulsés à l’hydrogène. Dans le même temps, un premier vol commercial fonctionnant à l’hydrogène a été effectué outre-Manche. L’industrie aéronautique se prépare ainsi à prendre un virage vert.


Airbus a dévoilé trois concepts d’avions propulsé à l’hydrogène le lundi 21 septembre. Objectif, zéro émissions en 2035 alors que la pression de l’opinion publique est de plus en plus importante. En effet, de plus en plus d’individus refusent de prendre l’avion car c’est un mode de transport trop polluant. Que l’on parle de flygskam, la honte de prendre l’avion, ou d’aviation-bashing, le phénomène est réel et il contraint le secteur aéronautique a redoublé d’efforts pour arrêter la fuite de sa clientèle. Guillaume Faury, président exécutif d’Airbus, a déclaré : « nous entendons jouer un rôle de premier plan dans la transition la plus importante que notre industrie ait jamais connue ».


Ces nouveaux concepts propulsés à l’hydrogène sont désignés sous le nom de code « ZEROe », qui signifie zéro émission. Et pour cause, les moteurs à hydrogène ne produisant que de la vapeur d’eau ils n’émettent aucune pollution. Toutefois, pour qu’il n’y ait réellement aucune pollution, il faut que l’hydrogène utilisé soit propre et donc produite en utilisant une électricité issue de sources renouvelables. 


Le premier des trois avions est un turbo acteur de configuration classique avec une autonomie de plus de 3500 kilomètres et une capacité de 120 à 200 passagers. Tout comme un avion classique il fonctionnerait à l’aide d’une turbine à gaz, sauf qu’on y brulerait de l’hydrogène et non du kérosène vaporisé. Le second concept est une aile volante d’une capacité similaire. Enfin, le dernier est équipé d’un turbopropulseur, il ne peut embarquer que 100 passagers sur 1800 kilomètres. 


La principale contrainte vient du stockage. En effet, pour une autonomie similaire, l’hydrogène nécessite quatre fois plus d’espace et doit être liquéfié à -250 degrés. De plus, les réservoirs doivent être cylindriques et pouvoir résister à la pression, il n’est donc pas possible d’en placer partout comme on le fait aujourd’hui, notamment dans les ailes. La forme des avions sera donc amenée à évoluer. Airbus espère pouvoir présenter ses premiers modèles aux environs de 2028 et mettre en service ses appareils dès 2035. Un calendrier en accord avec celui souhaité par le gouvernement français.


Dans le même temps, au Royaume-Uni, un premier vol commercial fonctionnant à l’hydrogène a été réussi. Il s’agit du Piper M de l’entreprise ZeroAvia, un avion de six places. Ce dernier est parvenu à effectuer un roulage, un décollage, un circuit de vol et un atterrissage à travers Cranfield, en Angleterre. ZeroAvia, fondée en 2017, est persuadé que l’hydrogène va permettre de décarboniser l’aviation commerciale. 


Ce test fait parti du projet HyFlyer, un programme de recherche et développement soutenu par le gouvernement britannique visant à développer une technologie à émission zéro capable de remplacer les moteurs à base de combustibles fossiles. L’hydrogène est ainsi devenu une priorité pour les gouvernements européens. La France a prévu un budget de 7 milliards d’euros tandis que celui de l’Allemagne s’élève à 9 milliards. Les États démontrent ainsi leur volonté de développer des solutions plus écologiques, reste à voir si le calendrier sera tenu.

Actualités dans la même thématique ...

Réagir à cet article