MENU
THEMES

PARTAGER CETTE PAGE SUR LES réseaux sociaux:

Les autorités britanniques chargent Nvidia de concevoir un supercalculateur

Publié le: 20/10/2020  |  Par: Guide Informatique  
Les autorités britanniques chargent Nvidia de concevoir un supercalculateur

Les autorités britanniques ont chargé Nvidia de concevoir un supercalculateur pour aider les laboratoires pharmaceutiques à chercher un vaccin contre le COVID-19.


Ce nouveau super calculateur utilisera l’intelligence artificielle afin d’aider les chercheurs à résoudre des problèmes médicaux urgents, notamment ceux liés à l’actuel épidémie du COVID-19.


Pour commencer, ce supercalculateur sera utilisé par les laboratoires AstraZeneca et GSK, deux laboratoires britanniques impliqués dans la recherche d’un vaccin contre le COVID-19. Ce nouvel ordinateur, nommé Cambridge-1, sera mis en ligne à Cambridge, dans l’est de l’Angleterre, d’ici la fin de l’année. Il sera basé sur le système DGX SuperPOD de Nvidia, qui est capable de fournir plus de 400 , une unité indiquant le nombre d’opération d’opérations en virgule flottante et qui mesure les performances d’un système informatique. Pour donner un ordre d’idée, la nouvelle console de jeu Xbox Series X aura une puissance de 12 téraflops, ce qui est 33 333 fois moins puissant. Autre exemple, la RTX 3090, dernière carte graphique haut de gamme de Nvidia destinée au consommateurs les plus exigeants et vendu au prix de 1549 euros, a une puissance de 43,03 téraflops, ce qui reste plus de 9000 fois inférieur à Cambridge-1.


La direction de Nvidia a déclaré que grâce à son architecture modulaire, Cambridge-1 sera installé et opérationnel en quelques semaines seulement. Une prouesse quand on considère que les supercalculateurs traditionnels prennent parfois des années à se déployer. Le fondeur américain va verser 44,1 millions d’euros dans ce nouveau supercalculateur, qui se classera 29ème du top 500 des supercalculateurs les plus puissants du monde.


Le choix de la ville de Cambridge ne serait pas anodin. En effet, Cambridge abrite déjà ARM, le conducteur de puces britannique récemment acquis par Nvidia pour 40 milliards de dollars auprès du fond japonais Softbank. Par ailleurs, l’entreprise américaine a déjà fait savoir son intention de créer un centre d'excellence en intelligence artificielle dans la ville britannique. Ce centre servira de centre de collaboration pour les scientifiques, chercheurs et autres start-up à travers le Royaume-Uni.


Jensen Huang, fondateur et CEO de Nvidia, explique que « Cambridge-1 jouera le rôle de centre d’innovation pour le Royaume-Uni et permettra de poursuivre les recherches révolutionnaires dans les domaines de la découverte de médicaments et des soins de santé critiques ». 


Nvidia n’en est pas à son premier coup d’essai. Déjà cet été, l’Université de Floride a révélé un partenariat avec le fondeur afin de renforcer ses capacités en matière d’intelligence artificielle en concevant le superordinateur le plus rapide du monde universitaire. Pour ce faire, Nvidia va moderniser le superordinateur actuel de l’Institut, le HiPerGator 3.0, afin d’augmenter sa vitesse maximale d’un peu plus d’1 pétaflop à 700 pétaflops de performance en intelligence artificielle. Une augmentation sans précédent qui devrait considérablement accélérer la recherche universitaire. 


Nvidia démontre ainsi son savoir-faire et confirme sa popularité dans le secteur de la recherche, que ce soit dans le monde pharmaceutique ou universitaire.

Actualités dans la même thématique ...

Et si les passionnés d’imprimante 3D pouvaient utiliser leurs équipements pour produire des pâtisseries ? C’est l’objectif que s’est fixée Marine Coré-Baillais, professionnelle de l’impression 3D industrielle et diplômée en pâtisserie ...

Réagir à cet article