MENU
THEMES

PARTAGER CETTE PAGE SUR LES réseaux sociaux:

L’armée française expérimente avec Spot, le chien robot de Boston Dynamics

Publié le: 07/05/2021  |  Mis à jour le: 12/05/2021  |  Par: Guide Informatique  
L’armée française expérimente avec Spot, le chien robot de Boston Dynamics

L’armée française essaie le robot Spot en simulation de combat. Le robot a été utilisé pour une mission de reconnaissance lors d’un entraînement de deux jours.


Spot est définitivement le robot de Boston Dynamics le plus populaire. Le robot quadrupède inspiré d’un chien a trouvé de nombreux usages. Il a été utilisé par la police de New York ainsi que celle du Massachusetts tandis qu’une entreprise néo-zélandaise a conçu un logiciel pour pouvoir l’utiliser comme outil de télésurveillance dans une exploitation agricole. Au début de la pandémie, il a été utilisé dans un hôpital de Boston pour approcher les patients avec une radio et un iPad afin de permettre à ces derniers de communiquer avec les soignants sans les exposer. Il a également été utilisé à Singapour pour faire respecter la distanciation sociale tandis que la start-up française Shark Robotics veut en faire un robot de décontamination. Enfin, il a également été utilisé comme outil de surveillance dans des entrepôts.

Après tous ces usages, c’est à l’armée française de s’intéresser au robot. L’école de formation des officiers de l’armée de Terre de Saint-Cyr a partagé des photos sur Twitter montrant le robot être utilisé dans un exercice avec les étudiants. Au cours de cet exercice, Spot a partagé la vedette avec plusieurs autres robots. L’objectif de l’exercice était d’attirer l’attention des élèves vers les challenges à venir, dont la robotisation du champ de bataille. Plusieurs situations, dont une opération de capture territoriale, une opération défensive et un combat en zone urbaine ont été testées. Chacune d’entre elle a été effectuée avec et sans robot afin de permettre aux étudiants d’observer les changements qu’ils apportent. Selon ces derniers, Spot ralentit les opérations, mais renforce la sécurité des soldats. L’autonomie du robot représente toutefois un réel problème, ce dernier s’étant éteint au milieu d’une opération.

Le contrat autour de Spot aurait été mené directement auprès de Shark Robotics, sans en avertir Boston Dynamics. La firme a toutefois tenu à commenter sur l’actualité, et pour cause, elle dispose d’un important passif militaire. En effet, pendant des années les robots conçus par Boston Dynamics étaient entièrement destinés à un usage militaire. Elle a toutefois opéré un changement stratégique ces dernières années et s’intéresse davantage à un usage commercial, notamment dans les entrepôts. Les termes de vente de l’entreprise interdisent formellement d’équiper ses robots d’armes et de les utiliser comme machine à tuer. Cela limite donc leur usage sur le champ de bataille, mais on peut toutefois se demander quels usages sont tolérables. Pour l’heure, Boston Dynamics considère qu’utiliser ses robots afin de secourir des militaires est un usage valable. L’entreprise émet néanmoins des réserves envers une utilisation en tant qu’éclaireur et souhaite en savoir davantage afin de comprendre si ses robots peuvent être utilisés ou non pour blesser des individus. En effet, on peut facilement imaginer les militaires souhaiter qu’un robot éclaireur puisse s’autodéfendre s’il est découvert. 

Actualités dans la même thématique ...

Réagir à cet article