MENU
THEMES

PARTAGER CETTE PAGE SUR LES réseaux sociaux:

DeepMind revisite les règles des échecs

Publié le: 30/09/2020  |  Par: Guide Informatique  
DeepMind revisite les règles des échecs

Après avoir vaincu le champion du monde de Go, les algorithmes de DeepMind veulent revoir les règles des échecs. Pour ce faire ils simulent des dizaines de milliers de parties en collaboration avec le grand maître russe Vladimir Kramnik. 

Les échecs est l’un des jeux les plus anciens. Ces règles sont le fruit d’une réflexion résultant de décennies d’heures de jeu. Si les fondements du jeu ont été posés dès le 15? siècle, on voit encore aujourd’hui des changements apparaitre dans le jeu compétitif, notamment sur la gestion du temps ou l’autorisation du roque. Toutefois, l’impact de ces changements est difficile à prévoir et à mesurer compte tenu du temps de jeu nécessaire pour en comprendre toutes les répercussions. C’est là que l’intelligence artificielle prend place. Si une partie à très haut niveau peut durer plusieurs jours, l’IA peut acquérir des décennies d’expérience humaine en quelques heures simplement en jouant contre elle-même. Il est alors possible de rapidement réaliser l’impact d’un changement de règle, tant sur les coups jouaient que sur la durée d’une partie ou le nombre de matchs nuls. 

DeepMind, la filiale de Google derrière AlphaGo, a donc fait appel au grand maître russe Vladimir Kramnik pour concevoir des variantes du jeu à explorer. Ils ont ainsi exploré la possibilité de capturer ses propres pièces, de reculer ses pions, ou encore d’interdire le roque. Pour une autre variante, en cas de Pat le joueur dominant l’emporte alors qu’il s’agit normalement d’un match nul. Les chercheurs ont configuré l’IA AlphaZero pour tester ces règles dans 10 000 parties avec une seconde par coup et 1 000 autres parties avec une minute par coup. Ils ont ensuite observé différents facteurs dont notamment la proportion de matchs nuls. Comme on pouvait s’y attendre, elle a grandement diminué lorsque le Pat est considéré comme une victoire. 

Par ailleurs, les parties avec une seconde par coup avaient beaucoup plus de chance de se terminer par un match nul, démontrant ainsi l’importance du temps de jeu dans le résultat final. Ces changements de règles ont également créé de nouvelles possibilités et de nouveaux coups décisifs. Des possibilités qu’AlphaZero a exploitées, démontrant que ces nouvelles options contribuent bien au jeu.

Les chercheurs ont également demandé son opinion à Vladimir Kramnik sur les résultats. Ce dernier s’avère être un grand partisan du jeu sans roque. En effet, il considère que l’absence du roque encourage le jeu agressif en rendant les rois plus vulnérables. Il note également que le changement sur la règle du pat ne semble pas avoir un grand impact sur les options de jeu. Cette modification pourrait donc réduire le nombre de matchs nuls sans pour autant avoir un effet négatif sur le jeu. 

Face à ce constat il est possible qu’un tel changement soit mis en place à l’avenir. Toutefois, cela dépendra uniquement du bon vouloir des organisateurs et de la communauté. En effet, il est toujours difficile de changer les choses, d’autant plus quand il s’agit d’un jeu aussi ancien que les échecs.

Actualités dans la même thématique ...

Réagir à cet article