MENU
THEMES

PARTAGER CETTE PAGE SUR LES réseaux sociaux:

C-V2X contre DSRC, la bataille des systèmes de transport intelligents

Publié le: 09/09/2019  |  Par: Guide Informatique  
C-V2X contre DSRC, la bataille des systèmes de transport intelligents

Lors du CES 2019 de Las Vegas, Audi, Ducati et Ford ont réalisé conjointement une démonstration de la norme C-V2X, proposée par le géant américain Qualcomm.

C pour cellular et V2X pour vehicle-to-everything, everything étant tout ce qui peut être utile à un véhicule pour se déplacer en toute sécurité et de manière optimale. Cette nouvelle norme permet aux véhicules de communiquer avec l’intégralité de son environnement, à courte comme à longue distance. Établie en 2017, la norme C-V2X utilise deux modes de transmission différents : la communication directe et les données cellulaires. La communication directe permet aux véhicules de communiquer entre eux. Les données cellulaires permettent aux véhicules d’obtenir des informations sur l’état de la route, le trafic et les conditions climatiques. C-V2X permettra donc d’optimiser le trafic, les véhicules seront capables de former des pelotons pour économiser du carburant, éviter les collisions et améliorer la conduite autonome. Tous les véhicules équipés de la norme C-V2X seront capables de communiquer entre eux, quel que soit le constructeur. En plus de cela, les infrastructures seront également connectées. Ainsi, un feu de circulation communiquera directement son état au véhicule. Toutefois, cela nécessite qu’ils soient compatibles avec la norme C-V2X. Un important investissement en infrastructure sera nécessaire, les villes deviendront ainsi des smart-city.  Ford a déjà déclaré introduire le C-V2X dans ses véhicules dès 2022 en partenariat avec Qualcomm. Un calendrier qui devrait lui permettre de bénéficier de la 5G, une évolution quasiment nécessaire puisque la 5G réduira considérablement la latence des communications et débloquera de nouveaux usages. La norme C-V2C se développe également en Chine où elle est proposée par Huawei.

Si cela semble être une révolution pour l’industrie automobile, ce n’est pourtant pas la première tentative des acteurs de pousser une norme de communication entre véhicules. En 1999, le DSRC (Dedicated Short Range Communications) avait vu le jour. Si la norme C-V2X est basée sur la connexion LTE, le DSRC est basé sur la connexion Wi-Fi et il est bien implanté. La Commission Fédérale des Communications aux États-Unis et l’Institut européen des normes de télécommunication lui ont déjà alloué une part du spectre électromagnétique dans les 5.9Hz. Le DSRC est également proposé dans de nombreux véhicules depuis quelques années. Toutefois, il connaît quelques limites. Premièrement, les véhicules aux États-Unis, en Europe et au Japon ont d’importantes variations et ne sont pas compatibles entre eux. Plus important encore, le DSCT ne fonctionnant qu’à courte distance, il dispose de moins de fonctionnalités que le C-V2X.

La bataille fait donc rage entre les deux normes. Si Ford souhaite utiliser le C-V2X, Toyota et General Motors se sont quant à eux rangés derrière le DSRC. Les normes n’étant pas compatibles entre elles il est nécessaire qu’un standard soit accepté par l’ensemble de l’industrie et des gouvernements pour que les véhicules puissent communiquer entre eux. C’est un sujet qui ne cessera de prendre de l’importance. En 2015 déjà, il y avait 24 millions de véhicules connectés aux États-Unis. Pour 2023, l’analyste IHS Markit en attend 72,5 millions. Il reste à savoir quelle norme ils utiliseront.

Actualités dans la même thématique ...

Boston Dynamics, entreprise spécialisée dans la production de robot, est connu de tous pour ses vidéos virales mettant en scène ses robots. La dernière en date met en scène Atlas, robot à forme humaine d’1m50, réaliser une performance gymnastique, ...

Réagir à cet article