MENU
THEMES

TSMC envisage de multiplier les investissements au Japon

Publié le: 29/11/2022  |  Par: Guide Informatique  
TSMC envisage de multiplier les investissements au Japon

TSMC, champion mondial de la production de puces, semble bien décidé à augmenter son activité au Japon. Alors qu’une usine y est actuellement en cours de production, l’entreprise serait également en train de réaliser une étude de faisabilité afin d’étendre son activité au Japon.

La crise économique provoquée par l’épidémie de coronavirus a révélé aux yeux de tous l’importance phénoménale des micro conducteurs. Depuis, les différents gouvernements du monde ont multiplié les programmes de financement afin d’attirer les quelques acteurs du secteur et augmenter leur production locale. Ainsi, les Etats-Unis et l’Union Européenne disposent tous les deux de leur CHIP Act tandis que d’autres pays tels que l’Inde et le Japon ont également lancé leurs propres plans.

Du côté du Japon, ce plan d’investissement avait été révélé fin 2021 et se composait de pas moins de 774 milliards de yens, soit 5,3 milliards d’euros. C’est grâce à ce plan que le Japon était parvenu à attirer TSMC afin que ce dernier construise une usine à l’aide de subventions sur l’île de Kyushu. L’annonce de cette usine a eu lieu en 2021 et elle devrait être opérationnelle en 2024. Pour le Wall Street Journal, les subventions n’auraient en réalité permis que de couvrir les frais uniques à la construction d’une usine sur l’archipel japonaise, à savoir une électricité limitée et des risques de tremblement de terre. Selon le ministère de l’Economie, du Commerce et de l’Industrie, cette usine a vocation à produire des puces à faible valeur ajoutée. Il ne s’agit donc pas des puces que l’on retrouve dans les smartphones mais plutôt celles qui sont utilisées dans l’industrie automobile. Il n’est toutefois pas exclu qu’une extension de l’usine soit fabriquée afin de produire des puces plus performantes.

TSMC semble toutefois intéressé à l’idée de renforcer son activité au Japon comme en témoigne le Wall Street Journal selon qui une étude de faisabilité serait en cours. Le choix du Japon est parfaitement logique pour l’entreprise. Le pays est proche de sa terre natale, Taiwan, à la fois géographiquement et culturellement. C’est également un moyen pour l’entreprise de faire face aux tensions économiques entre les Etats-Unis et la Chine. Les semi-conducteurs sont devenus un réel sujet de dispute entre les deux géants. Alors que la Chine cherche à rattraper son retard technologique dans ce domaine, les Etats-Unis ont fortement limité sa capacité à importer des semi-conducteurs. Et tandis que le marché des semi-conducteurs connaît une croissance sans limite et une demande insatiable, il se retrouve ainsi pris au milieu d’un conflit géopolitique majeur.

Actualités dans la même thématique ...

L’algorithme de TikTok est l’une des plus grandes forces du réseau social. A lui seul, il fait le tri dans des millions de vidéos afin de sélectionner les plus susceptibles de plaire. Jusqu’à présent, son fonctionnement était complètement opaque. Mais alors ...

Réagir à cet article