MENU
THEMES

PARTAGER CETTE PAGE SUR LES réseaux sociaux:

Selon la FBI, la cybercriminalité aurait coûté 6,3 milliards d’euros au cours de l’année 2021

Publié le: 06/06/2022  |  Par: Guide Informatique  
Selon la FBI, la cybercriminalité aurait coûté 6,3 milliards d’euros au cours de l’année 2021

Selon le FBI, la cybercriminalité aurait coûté 6,3 milliards d’euros au cours de l’année 2021. Durant cette année, le bureau a recensé 847 376 plaintes pour crimes sur Internet, soit un bond de 81% par rapport à 2019.

 Comme chaque année, le FBI a publié son rapport annuel sur l’état de la cybercriminalité dans le monde. On y apprend notamment que les crimes sur internet auraient coûté 6,3 milliards d’euros en 2021, soit 2 milliards de plus qu’en 2020. Il a également recensé quelque 847 376 plaintes pour crimes sur Internet, une augmentation « modeste » de 7% par rapport à 2020, mais extrêmement conséquente de 81% par rapport à 2019. Le bureau a précisé que les principaux types de crime signalés sont la violation des données personnelles, le non-paiement/non-livraison, et les escroqueries par hameçonnage. Peu de temps avant le FBI, le Crypto Crime Report de Chain Analysis, révélait quant à lui que 652 millions d’euros ont été versés en guise de rançons au cours de l’année 2021, dont l’écrasante majorité en cryptomonnaie, suite à des attaques par ransomware.

Le FBI estime que ce pic de cybercriminalité depuis 2020 est directement lié à la pandémie de COVID-19. Et pour cause, elle a entraîné une hausse considérable de l’activité en ligne. Des personnes peu habituées au web et à ses pièges se sont retrouvées à travailler en distanciel et à enchaîner les réunions virtuelles. Il ne s’agit par ailleurs là que d’un exemple parmi tant d’autres, nous pourrions également citer les enfants ayant suivi leurs cours à distances ou les personnes âgés qui ont soudainement dû se mettre à Internet. En 2020, le FBI avait dénombré 28 500 plaintes pour activités criminelles sur Internet faisant directement référence au COVID-19. Pour autant, la sortie probable de la pandémie ne signifierait pas pour autant une baisse de la cybercriminalité. Les usages ont été durablement modifiés par cette période et le Bureau s’attend à ce que la cybercriminalité augmente.

Selon le FBI, les personnes âgées de 60 ans et plus sont les plus touchées. Il a dénombré 92 371 victimes correspondant à ce profil, pour un montant total d’1,5 milliard d’euros perdus. Les pays les plus affectés sont l’Australie, l’Inde, le Canada et la France. Au-delà des particuliers, la cybercriminalité touche surtout les entreprises qui sont victimes de ransomwares. Le FBI dénombre 3 729 plaintes liées à ce type d’attaque en 2021, et les secteurs les plus touchés sont ceux des services technologiques, des infrastructures gouvernementales, des services financiers et de la santé. Les plus épargnés sont ceux des infrastructures de défense, de l’énergie et des services d’urgence.

Actualités dans la même thématique ...

Réagir à cet article