MENU
THEMES

PARTAGER CETTE PAGE SUR LES réseaux sociaux:

Pour Tokyo les jeux olympiques se modernisent avec Intel

Publié le: 09/10/2019  |  Par: Guide Informatique  
Pour Tokyo les jeux olympiques se modernisent avec Intel

Les jeux olympiques de Tokyo se dévoilent progressivement. Une tradition vieille de -776 av. JC et restaurée en 1896 par Pierre de Coubertin n’évoque pas vraiment les nouvelles technologies dans nos esprits. Pourtant, Intel et le CIO (comité international olympique) ont collaboré pour améliorer l’expérience de visionnage des jeux. Déjà en 2018, aux jeux d’hiver de PeyongChang, Intel avait collaboré avec les diffuseurs pour proposer aux spectateurs de regarder certaines épreuves en réalité virtuelle. Pour Tokyo, une capitale de l’innovation, Intel continue dans ce sens et proposera de regarder les cérémonies d’ouverture et de fermeture, les épreuves sur piste, le volleyball de plage et la boxe en réalité virtuelle. Cette technologie sera également utilisée pour recréer des images du site afin de former le personnel.

D’autres nouveautés sont à venir, notamment un système de reconnaissance faciale qui permettra de suivre plus de 300 000 personnes qu’il s’agisse de journalistes, d’athlètes de personnel ou de bénévoles. Un dispositif qui devrait simplifier l’organisation de l’événement et contribuer à sa sécurité.

Intel pense également au spectateur avec une nouvelle technologie intitulée suivi 3D. Lors des épreuves de courses, une trainée colorée suivra les athlètes. Sa couleur variera selon la vitesse de course. Cela est réalisée grâce à une intelligence artificielle qui analyse en direct la course des athlètes. Grâce à cette trainée les spectateurs pourront mieux comprendre le rythme des courses. D’autres nouveautés seront révélées dans les mois à venir.

Les jeux olympiques s’intéressent également à l’eSport, le jeu informatique de compétition. En 2017, le CIO avait reconnu l’eSport comme un sport. Suite à cela, Intel avait organisé le tournoi eSports Intel® Extreme Masters avant la cérémonie d’ouverture des jeux d’hiver de PyongChang en 2018. C’est le jeu Starcraft II qui avait été choisi à l’époque, véritable religion en Corée du Sud. Les joueurs s’étaient alors affrontés pour tenter d’y gagner 156 000$ de lots. Le tournoi pouvait être visionné en ligne mais aucun spectateur n’était admis. Pour Tokyo, Intel et le CIO voient les choses en plus grand. Cette fois, le tournoi durera les 4 jours précédant la cérémonie d’ouverture et sera accessible au public. Le montant des lots sera de 500 000$ et deux jeux y seront présents : Street Fighter V et Rocket League. Cette reconnaissance de l’eSport divise dans le milieu olympique. Certains pensent que cette discipline partage les mêmes valeurs que le sport traditionnel et a donc sa place aux jeux olympiques mais d’autres considèrent que les deux milieux sont radicalement opposés et ne devraient pas être réunis. Tandis que le débat fait rage dans le milieu olympique, les jeux asiatiques, équivalent des jeux olympiques entre pays asiatiques, a décidé de faire de l’eSport un sport médaillé aux jeux asiatiques de Hangzhou en 2022.

Tokyo semble être la ville idéale pour apporter toutes ces nouveautés. Le Japon est un leader de l’innovation technologique et un pays fervent de jeux vidéo. Le premier ministre japonais Shinzo Abe s’était notamment présenté déguisé en Mario lors des jeux de Rio.

L’objectif derrière tous ces efforts est de séduire un public plus jeune. En effet, l’audience des jeux olympiques a diminué au cours des dernières éditions. En 2008, 4,4 milliards de spectateurs ont regardé les jeux de Pékin contre seulement 3,6 milliards pour Londres en 2012 et Rio de Janeiro en 2016.

Actualités dans la même thématique ...

Boston Dynamics, entreprise spécialisée dans la production de robot, est connu de tous pour ses vidéos virales mettant en scène ses robots. La dernière en date met en scène Atlas, robot à forme humaine d’1m50, réaliser une performance gymnastique, ...

Réagir à cet article