MENU
THEMES

PARTAGER CETTE PAGE SUR LES réseaux sociaux:

Nvidia rejoint Google dans la guerre du cloud gaming

Publié le: 12/03/2020  |  Par: Guide Informatique  
Nvidia rejoint Google dans la guerre du cloud gaming

Après Google, c’est au tour de Nvidia de se lancer dans le cloud gaming. Cette technologie permet de jouer à des jeux vidéo depuis n’importe quel appareil en se connectant via le cloud à un ordinateur exécutant le jeu. Il est ainsi possible de jouer à des jeux habituellement réservés aux consoles de jeu et aux ordinateurs les plus puissants depuis son smartphone.

Beaucoup s’accordent sur le fait que le cloud gaming est l’avenir de l’industrie. Et pour cause, cette technologie élimine le besoin de dépenser des centaines d’euros dans une machine avant même de pouvoir commencer à jouer. Avec le cloud gaming, il suffit d’une bonne connexion à internet, d’une manette de jeu et d’un appareil connecté. Gagnant pour les joueurs donc mais également pour les développeurs, qui pourront proposer leurs jeux aux 3,5 milliards de détenteurs de smartphones contre les quelques 200 millions de détenteurs de consoles de jeux vidéo actuels.

La question ne se pose plus, le cloud gaming est la direction à prendre. Aujourd’hui, on se demande plutôt quand le cloud gaming connaîtra-t-il son avènement ? Les joueurs demeurent septiques en raison de la latence inhérente à la vitesse de la connexion internet. Malgré cela, Google avait décidé, en fin d’année dernière, de lancer Stadia, son service de cloud gaming. Stadia propose au joueur d’acheter des jeux dans un magasin virtuel dédié et d’y jouer depuis certains appareils Android, ordinateurs ou Chromecast. Le lancement du service a été marqué par de nombreux échecs et l’incapacité de Google à tenir ses promesses. Résultat, Stadia ne compte aujourd’hui qu’une poignée d’adepte.

Après Google, c’est désormais Nvidia, le célèbre constructeur de cartes graphiques, qui se lance dans le cloud gaming. Avec son service GeForce Now l’entreprise propose aux joueurs de payer un abonnement pour pouvoir streamer les titres qu’ils possèdent déjà sur ordinateur. Cette approche séduit plus les joueurs car elle leur permet de conserver leur bibliothèque de jeu actuelle plutôt que de leur demander de s’investir dans un nouvel écosystème.

Toutefois, Nvidia a besoin de l’accord des éditeurs pour proposer aux joueurs d’accéder à leurs jeux via son service. Si au lancement cela ne semblait pas poser de problème, chaque semaines de nouveaux éditeurs se retirent du service. Les plus grands acteurs telles que Blizzard Activision, EA, Capcom et d’autres encore se sont retirés pour diverses raisons. Le plus souvent ils se sont plaints que Nvidia ne leur ait pas demandé leur accord pour diffuser leurs jeux.

L’avenir de GeForce Now est donc incertain non pas par manque d’intérêt des joueurs comme c’est le cas de Google Stadia, mais par désaccord avec les éditeurs. Il n’y a donc pas encore d’offre de cloud gaming convaincante aujourd’hui. Pourtant, les acteurs du marché demeurent intéressés. Sony propose son service Playstation Now et Microsoft développe son équivalent xCloud. Phil Spencer, responsable de la branche Xbox de Microsoft s’attend à ce que le cloud gaming remette en question le statu quo marqué par la domination des constructeurs de consoles de jeu tels que Sony et Nintendo. Selon lui, disposer d’infrastructures serveurs sera bien plus important à l’avenir, remettant en cause la position des acteurs traditionnels, et apportant un avantage conséquent à Amazon, Microsoft et Google.

Actualités dans la même thématique ...

Réagir à cet article