MENU
THEMES

PARTAGER CETTE PAGE SUR LES réseaux sociaux:

Le département de la justice américain attaque Google en justice

Publié le: 28/10/2020  |  Par: Guide Informatique  
Le département de la justice américain attaque Google en justice

Onze Etats américains ainsi que le département de la justice ont décidé de poursuivre en justice Google sur la base des lois antitrust. Ils considèrent que Google s’est assuré d’être l’unique point d’entrée de l’Internet pour des milliards d’utilisateurs à travers le monde en utilisant des techniques anti-compétitives.

En 2019, les autorités américaines avaient démarré des enquêtes anti-trust envers les GAFA : Google, Amazon, Facebook et Apple. Les premières retombées de cette enquête semblent arriver avec ces accusations envers Google.

Les autorités américaines considèrent que le géant s’est assuré d’être le moyen d’accéder à Internet par défaut. En effet, Google paie Apple des milliards chaque année pour être le moteur de recherche par défaut sur Safari, le moteur de recherche de l’iPhone. Si ce deal est connu depuis des années, son montant demeure toujours un secret. Début juillet, nous apprenions que pour le Royaume-Uni uniquement Google paie 1,5 milliard de dollars. Un chiffre qui laisse songeur quant au montant mondial. Par ailleurs, Google étant le détenteur d’Android, il impose aux constructeurs de préinstaller son widget de recherche sur l’écran d’accueil. Le leader du marché s’assure ainsi le contrôle total du marché mobile. Pour ce qui est de l’usage sur ordinateur, le navigateur Google Chrome possède 69% de parts de marché, laissant ainsi peu de place à la compétition.

Être le défaut, c’est exactement la raison pour laquelle Microsoft avait été poursuivi dans une affaire anti-trust dans les années 90. A l’époque, Microsoft était coupable d’avoir installé par défaut Internet Explorer sur les ordinateurs Windows tout en bloquant la compétition. C’est cette affaire que les autorités américaines prennent pour modèle afin d’appuyer leur attaque. Cependant Google certifie ne pas être en tort. En effet, l’entreprise explique que les utilisateurs ont toujours le choix. Même si Google est le défaut, il est très simple de le changer, un argument clé dans la défense du géant. En effet, pour Google la situation n’est en rien semblable à celle de Microsoft car la technologie a profondément évolué : s’il fallait utiliser des CD-ROM, avoir des connaissances avancées et beaucoup de temps pour remplacer Internet Explorer, il ne suffit que de quelques secondes pour remplacer Google par un autre moteur de recherche.

Par ailleurs, la filiale d’Alphabet explique que les utilisateurs préfèrent son produit. Elle cite l’exemple de Mozilla Firefox, qui avait conclu un accord avec Yahoo pour en faire son moteur de recherche par défaut. Rapidement, les utilisateurs ont remplacé Yahoo par Google, forçant Mozilla à annuler l’accord. La domination de Google ne porterait donc pas préjudice aux consommateurs, une notion importante dans les lois antitrust américaine.

Les autorités américaines demeurent convaincues que Google est en tort. Même si l’entreprise ne nuit pas aux consommateurs d’une façon évidente, comme sur l’aspect financier, elle peut le faire sur d’autres plans, comme le respect de la vie privée. En effet, sous la dominance de Google nous en sommes venus à penser qu’il est impossible de naviguer sur le web en protégeant ses données personnelles. Une idée qui était pourtant acquise il n’y a pas si longtemps. 

En parallèle de cette attaque, le congrès souhaite mettre à jour les lois anti-trust afin de pouvoir plus facilement sanctionner les géants de la tech. Cela fait des années que les positions dominantes des GAFA sont dénoncées. Une position qui a fini par attirer l’attention dees élus américains, européens et japonais. Nous pouvons donc nous attendre à voir de sérieux changement dans le paysage Tech au cours de la décennie à venir.

Actualités dans la même thématique ...

Réagir à cet article