MENU
THEMES

PARTAGER CETTE PAGE SUR LES réseaux sociaux:

L’arrivée des drones livreurs est accéléré par l’épidémie mondiale

Publié le: 30/06/2020  |  Par: Guide Informatique  
L’arrivée des drones livreurs est accéléré par l’épidémie mondiale

Plus d’un million de drones pourraient effectuer des livraisons en 2026 selon une étude de Gartner. Une croissance phénoménale en comparaison au 20 000 drones livreurs à l’heure actuelle. Une croissance précipitée par la crise du COVID-19.

Alors que l’épidémie mondiale a menée les habitants à rester chez eux et à vouloir se tourner vers les services de livraison à domicile, cette même épidémie empêche ces services de fonctionner normalement afin de maintenir la distanciation sociale. Une contrainte qui ne concerne pas les drones. C’est pourquoi, à l’étranger, des services de livraison par drone ont obtenu des dérogations spéciales pour voler en réponse à la crise sanitaire. C’est notamment le cas de Wing, filiale de Google, qui en a profité pour faire voler ses drones aux États-Unis et en Australie.

Ses drones ont notamment volés à Helsinki, dans deux villes australiennes ainsi qu’à Christiansburg, en Virginie. Wing a déclaré avoir effectué plus de milles livraisons au total en l’espace de deux semaines. Une augmentation drastique par rapport aux chiffres habituels, a commenté Jacob Demmitt, représentant de Wing. À Christiansburg, les commerces locaux ont été ravis de l’arrivée de Wing. Il a permis à un café local de doubler ses ventes de pâtisseries et de reprendre une activité presque normale.

Les drones de Wing volent aux États-Unis dans le cadre d’un programme de l’administration fédérale de l’aviation ayant pour objectif de tester l’intégration d’appareils volants sans passager dans l’espace aérien de dix localisations à travers le pays. Les drones récupèrent les marchandises dans un local de Wing qu’ils quittent pour survoler la ville de 22 000 habitants à une altitude de 45 mètres et une vitesse de 105 km/h. Lorsqu’un drone atteint sa destination, il descend à une altitude de 7 mètres et descend une boîte contenant la livraison à l’aide d’une corde. La boîte a une capacité maximum d’1,5 kg. Pour ce test, Wing offre son service gratuitement. L’objectif est uniquement de comprendre comment faire fonctionner les drones livreurs.

Si Google, à travers Wing, s’intéresse à la livraison par drone c’est car cette solution pourrait s’avérer très économique. En effet, toujours selon l’étude de Gartner, les drones autonomes offrent un coût par miles inférieur et une vitesse plus élevée que les camionnettes pour la dernière étape d’une livraison. Un drone livrant un colis à un coût au moins 70 % inférieur à une livraison par fourgonnette. Il ne manquait donc qu’un déclic pour permettre à ses drones d’entrer en activité. Ce déclic a été apporté par l’épidémie en accordant des autorisations rapides aux drones livreurs aux États-Unis et en Chine. Bien que ces autorisations fonctionnent sous un régime spécial, il ne fait nul doute qu’elles ouvrent la voie d’un avenir radieux pour les drones livreurs.

À priori, ces drones pourraient être une bonne nouvelle pour l’environnement car ils réduisent le nombre de poids lourds sur nos routes. Cependant, une étude allemande montre que les drones pourraient consommer deux fois plus d’énergie qu’un fourgon diésel en zone urbaine. Si la question de l’environnement se pose, il ne fait nul doute que ces drones sans pilotes sont une mauvaise nouvelle pour l’emploi.

Actualités dans la même thématique ...

Réagir à cet article