MENU
THEMES

PARTAGER CETTE PAGE SUR LES réseaux sociaux:

La startup française Alice&Bob se lance dans la course à l’ordinateur quantique

Publié le: 08/06/2020  |  Mis à jour le: 09/06/2020  |  Par: Guide Informatique  
La startup française Alice&Bob se lance dans la course à l’ordinateur quantique

Alors que la notion d’intelligence artificielle est désormais monnaie courante, les chercheurs se lancent vers la prochaine grande révolution : les ordinateurs quantiques. Face aux titans américains, la startup française Alice&Bob se lance dans la course. Cette dernière vient de lever 3 millions d’euros.

Les ordinateurs quantiques diffèrent profondément des ordinateurs classiques. Là où ces derniers fonctionnent avec des bits, les ordinateurs quantiques fonctionnent avec des qubits. Un bit ne peut se trouver que dans deux états : 0 ou 1, tandis qu’un qubit peut se trouver dans plusieurs états simultanément. Cette différence fondamentale permet aux ordinateurs quantiques de réaliser des calculs hors de portée des superordinateurs les plus puissants. On juge avoir atteint la suprématie quantique lorsqu’un tel calcul est réalisé.
Fin 2019, Google déclarait y être parvenu après avoir utilisé son ordinateur quantique pour réaliser un calcul en 3 minutes et 20 secondes, alors que ce même calcul prendrait 10 000 années à Summit, le superordinateur le plus puissant du monde. Cette suprématie quantique a toutefois été contestée par IBM, son principal concurrent. Évidemment, ce ne sont pas les seuls acteurs en course, Microsoft ainsi que le groupe industriel Honeywell sont également de la partie. 

C’est donc face à tous ces poids lourds que se lance Alice&Bob. Ce dernier explore une nouvelle brique élémentaire de qubits pouvant corriger les erreurs quantiques. Elle a pour premier objectif de développer une machine universelle d’ici 5 ans. Pour y parvenir, elle vient de réaliser un premier tour de table au cours duquel elle a collecté 3 millions d’euros auprès de Breega et d’Elaia, le leader européen du capital-risque. Cette start-up travaille en collaboration avec des laboratoires académiques : les Mines Paris tech, le CNRS, l’INRIA, le CEA, l’ENS-Lyon et l’ENS-PSL. Si cette équipe peut paraître modeste face aux moyens colossaux dont disposent les grandes entreprises américaines, elle espère malgré tout jouer un rôle dans le développement des ordinateurs quantiques. En janvier 2020, la député Paula Forteza a présenté le rapport « Quantique, le virage que la France ne ratera pas » qui doit servir de fondation pour les actions du gouvernement dans ce domaine.

Les ordinateurs quantiques n’ont pas vocation à remplacer les ordinateurs personnels que nous utilisons aujourd’hui. En revanche, il pourrait bien devenir les ordinateurs de référence dans la recherche. Par exemple, leur vitesse de calcul infiniment supérieure à celle de super ordinateurs actuels permettrait de développement des vaccins et des médicaments bien plus rapidement qu’à l’heure actuelle. Les ordinateurs quantiques pourraient donc se révéler être de précieux alliés face à une future épidémie. Il ne s’agit là que d’un usage parmi tant d’autres, les fondateurs d’Alice&Bob, Théau Perronin et Raphaël Lescanne, tous les deux chercheurs de l’ENS, expliquent qu’il serait également possible de les utiliser pour optimiser des réseaux électriques. Pour l’heure, le cabinet McKinsey estime que l’informatique quantique représentera un marché de 1000 milliards de dollars en 2035. Il reste donc à voir si les acteurs français arriveront à se faire une place sur ce marché d’avenir.

Actualités dans la même thématique ...

Réagir à cet article