MENU
THEMES

PARTAGER CETTE PAGE SUR LES réseaux sociaux:

La FCC considère que le projet Starlink de SpaceX ne sera pas capable de fournir un service internet à faible latence

Publié le: 30/06/2020  |  Par: Guide Informatique  
La FCC considère que le projet Starlink de SpaceX ne sera pas capable de fournir un service internet à faible latence

La FCC, Commission Fédérale des Communications, émet des doutes quant à la capacité du projet Starlink de SpaceX à fournir un service internet à faible latence. Elon Musk, CEO de SpaceX, a déclaré que son réseau de satellite permettra d’atteindre une latence inférieure à 100 millisecondes. Un chiffre que la FCC remet en question. Si ses doutes se confirment, SpaceX pourra être désavantagé lors d’un futur appel d’offre visant à distribuer 16 milliards de dollars de fonds fédéraux pour soutenir l’accès à internet en milieu rural.

Le projet Starlink a vu le jour en 2015. L’objectif est de déployer une constellation de satellites en basse orbite, associée à des émetteurs-récepteurs terrestres, pour fournir un service internet extrêmement rapide. En particulier, Starlink doit apporter l’internet à très haute vitesse aux zones rurales. Ce projet diffère des services habituels utilisant des satellites géostationnaires qui fonctionnent à des altitudes beaucoup plus élevées.

À terme, Starlink devrait regrouper plusieurs milliers de petits satellites produits en masse. SpaceX en a lancé deux premiers en février 2018 puis a commencé à en déployer en grande quantité et régulièrement depuis mai 2019. En 2015, l’entreprise avait déclaré qu’il faudrait au moins 400 satellites en activité pour lancer l’activité. Aujourd’hui, elle en compte 450. L’objectif étant atteint, Elon Musk avait déclaré fin avril qu’une version bêta sera disponible dans 3 mois, soit début août.

En mai 2018, SpaceX a estimé le coût total du projet à 10 milliards de dollars. L’entreprise est donc naturellement intéressée par tous types de financement permettant de réduire le coût. L’un d’entre eux est le fond d’opportunité numérique rural de la FCC qui sera distribué suite à un appel d’offre. Avec ce dernier, l’agence fédérale va distribuer 16 milliards de dollars de fond fédéraux pour soutenir l’accès à internet en milieu rural. SpaceX peut donc concourir, mais la FCC remet en question la qualité du service que proposera Starlink. Elle juge que la latence annoncée, inférieure à 100ms, ne peut pas être considéré raisonnablement en l’absence d’exemple. Ces réserves ne concernent pas seulement Starlink mais tous les services utilisant des satellites en basse orbite. Malgré tout, la FCC reconnait les avantages intrinsèques de ces services par rapport à ceux utilisant des satellites gestionnaires ou en orbite terrestre moyenne et les autorise à répondre à certains appels d’offres mais pas à ceux de la catégorie faible latence.

SpaceX a déclaré que les doutes de la FCC sont infondés et que Starlink pourra aisément franchir le seuil de 100 millisecondes nécessaires pour être considéré comme un réseau à faible latence. Pour l’entreprise, même dans les pires scénarios irréalistes cette vitesse sera atteinte, son objectif étant une vitesse inférieure à 20 millisecondes. Malgré tout, la firme d’Elon Musk n’a aucun pouvoir pour influencer sur la décision de la FCC. Pour prouver ce qu’elle avance, l’entreprise doit faire une démonstration réelle, mais elle n’a plus qu’un mois pour présenter son projet tandis que le lancement aura lieu en août. Nous découvrirons en cours d’année si l’entreprise donne tort à la FCC, et si elle va bien révolutionner l’accès à internet comme elle le promet.

Actualités dans la même thématique ...

Les taxes GAFA fleurissent à travers le monde. Que ce soit en France, en Italie, au Royaume-Uni, au Mexique ou même en Turquie, de plus en plus de pays mettent une taxe similaire en place. Si l’objectif est de forcer les GAFA à payer un peu de taxe, Google et Apple ont d’or et ...

Réagir à cet article