MENU
THEMES

La CMA s’oppose à l’acquisition d’Activision Blizzard par Microsoft

Publié le: 14/11/2022  |  Par: Guide Informatique  
La CMA s’oppose à l’acquisition d’Activision Blizzard par Microsoft

La CMA, agence britannique chargée d’éviter les comportements anti-concurrentiels, a fait part de ses craintes quant à l’acquisition d’Activision Blizzard par Microsoft.

La Competition and Markets Authority (CMA) fait fréquemment parler d’elles depuis que le Royaume-Uni a quitté l’Union Européenne. Et pour cause, il s’agit probablement du régulateur le plus actif sur le sujet des acquisitions. Après s’être intéressé à l’acquisition de GIPHY par Meta, l’autorité s’est penchée sur le cas de l’acquisition d’Activision Blizzard par Microsoft.

Pour rappel, il s’agit de la plus grande acquisition du secteur des jeux vidéo avec un montant total se portant à 68,7 milliards de dollars. Face à l’ampleur de cette affaire, Microsoft a naturellement besoin d’obtenir l’accord des différents régulateurs à travers le monde. Pour l’heure, seuls l’Arabie Saoudite et le Brésil ont donné leur feu vert. De son côté, le Royaume-Uni se montre très réticent. En effet, la CMA n’a pas accepté les conditions de l’acquisition et a soulevé de nombreuses questions.

Ainsi, la CMA s’intéresse au préjudice que cette acquisition pourrait porter à Sony et à la PlayStation, principal concurrent de la Xbox de Microsoft. En effet, en faisant l’acquisition d’Activision Blizzard, Microsoft met la main sur de nombreuses licences de jeux vidéo extrêmement populaires, telle que Call of Duty, qui est actuellement disponible sur différentes plateformes de jeu, Xbox, PC et PlayStation. Après l’acquisition Microsoft aurait la liberté de garder l’exclusivité de ces licences sur sa propre plateforme, réduisant grandement l’attractivité de la PlayStation de Sony. La CMA craint également que Microsoft puisse employer la même stratégie dans le domaine du cloud gaming. Selon l’autorité, le secteur du jeux vidéo fonctionne avec un effet de réseau : une console populaire attire des jeux populaires qui à leur tour rendent la console encore plus populaire. Cette acquisition pourrait drastiquement exploiter cet effet.

Face à ces accusations, Microsoft joue la carte de la petite entreprise inoffensive. L’entreprise a ainsi déclaré : « la suggestion que le leader historique du marché, avec un pouvoir clair et durable, pourrait être évincé par le troisième plus grand fournisseur en raison de la perte d'accès à un titre n'est pas crédible ». L’entreprise affirme également que Sony détient déjà beaucoup plus de contenu exclusif que Microsoft et restera très compétitif après l’acquisition. Pour Microsoft, si les joueurs décident de quitter PlayStation pour Microsoft ce sera en raison de la qualité du service et non pour les jeux exclusifs. De son côté, Sony défend que Call of Duty est si populaire qu’il représente une catégorie de jeux à lui seul dont Microsoft obtiendrait le monopole en cas d’acquisition. La CMA, tout comme l’Union Européenne et la FTC aux Etats-Unis, continue d’écouter les différents arguments et d’interroger les différents acteurs du secteur afin de préparer son verdict, qu’elle rendra le 1er mars.

Actualités dans la même thématique ...

Meta vient de réaliser un troisième trimestre 2022 catastrophique avec une baisse des bénéfices de 52% d’année en année. La sanction de la bourse a été immédiate avec une chute de l’action de l’entreprise de 20%. Meta connaît une ...

Réagir à cet article