MENU
THEMES

PARTAGER CETTE PAGE SUR LES réseaux sociaux:

La Chine s’attaque à ses géants de la tech et sanctionne Alibaba

Publié le: 07/05/2021  |  Par: Guide Informatique  
La Chine s’attaque à ses géants de la tech et sanctionne Alibaba

La célèbre entreprise d’e-commerce Alibaba s’est vue infligée une amende de 2,3 milliards d’euros pour violation des lois antitrust. Ant Group, autre société de Jack Ma, a été forcée de se restructurer en holding financière. Suite à ces sanctions, douze entreprises chinoises de la Tech ont promis de respecter les réglementations antitrust du pays.

 En novembre dernier, Jack Ma avait publiquement critiqué les régulateurs chinois, les accusant de freiner l’innovation. Suite à cela, le gouvernement chinois a durci le ton contre ces géants de la Tech. Ant Group, ancienne filiale d’Alibaba qui opère notamment Alipay, a été suspendue. Par la suite, le gouvernement a pris des mesures contre les attitudes monopolistiques des géants de la Tech, devenu trop puissants. C’est à travers la SAMR (State Administration for Market Regulation) que le gouvernement chinois a entamé des poursuites à l’encontre d’Alibaba. La plateforme d’e-commerce s’est vue reprocher son attitude monopolistique, forçant les commerçants à vendre leurs produits sur une place de marché unique. À la suite de ce procès, la firme de Jack Ma s’est vue infligée une amende de 2,3 milliards d’euros.

Souhaitant aller plus loin, la SAMR a organisé en collaboration avec d’autres agences gouvernementales une réunion à laquelle ont été conviées 34 des plus grandes entreprises technologiques chinoises. La SAMR a invité ces dernières à prendre exemple sur Alibaba et à rectifier leur comportement pour éviter une amende similaire. Ces entreprises se sont vues laisser un délai d’un mois pour effectuer des vérifications en interne afin de s’assurer qu’elles respectent bien la loi. Quelques jours plus tard, douze de ces 34 entreprises se sont publiquement engagées à respecter les réglementations à travers des déclarations publiées par la SAMR. Parmi ces dernières on retrouve notamment Baidu, WeChat, ByteDance (propriétaire de TikTok), ainsi que les plateformes d’e-commerce Pinduoduo et Meituan.

Les géants de la Tech sont notamment accusés de se mettre des bâtons dans les roues les uns les autres. Par exemple, Meituan, détenu par Tencent, autorise les paiements via WeChat Pay, également détenu par Tencent, mais pas par AliPay. De même, WeChat, la super application chinoise, restreint la présence de Douyin (le TikTok chinois) sur sa plateforme.

Face à ces pratiques, le gouvernement chinois n’a pas hésité à réagir et a été très ferme dans ses actions. C’est une attitude qui contraste fortement avec la réglementation des GAFA en Amérique, qui font l’objet d’accusations et d’enquêtes depuis des années, mais qui n’ont pour l’heure fait l’objet d’aucune sanction pour leur attitude anti-compétitive. Si l’on ne peut pas assurer qu’un modèle est mieux que l’autre, il est toutefois intéressant d’observer les divergences dans la façon d’appréhender les géants de la Tech dans chacun de ces deux pays.

Actualités dans la même thématique ...

Réagir à cet article