MENU
THEMES

PARTAGER CETTE PAGE SUR LES réseaux sociaux:

La Chine, leader en matière de smart city

Publié le: 21/01/2020  |  Par: Guide Informatique  
La Chine, leader en matière de smart city

Au début des années 80, la Chine a créé des zones économiques spéciales autorisant les investissements étrangers. L’une d’entre elle était le village de pêcheur de Shenzen, autrefois entouré de rizière. Trente ans plus tard, Shenzen compte 12 millions d’habitants. C’est désormais le plus grand hub mondial de production d’appareils électroniques.

Aujourd’hui, Shenzen représente les ambitions de la Chine en matière de ville intelligente. Pour la Chine, l’un des enjeux actuels est l’écologie. Ainsi, l’intégralité des bus et taxis de Shenzen sont électriques. La ville a également mis en place un système de service de santé permettant à une personne provenant d’une autre province a l’autre bout du pays d’accéder à son dossier immédiatement.

Les évolutions en matière de ville intelligente sont particulièrement intéressantes pour la Chine compte tenue de son urbanisation. En 1980, 18% de la population vivait en ville. Désormais, c’est plus de 58% de la population. Le pays compte plus de 160 villes ayant une population supérieure à un million d’habitants. Selon des estimations, en 2050, 292 millions de chinois supplémentaires vivront en ville. Pour suivre cette tendance, le gouvernement chinois souhaite créer 19 nouveaux groupements de villes ainsi que la première « super-city » au monde, avec plus de 40 millions d’habitants, soit près de deux fois plus que Shanghai, l’actuelle ville la plus peuplée du pays.

Un tel développement nécessite de l’efficacité. Le trafic routier devra être régulé et les véhicules devront être électriques pour éviter que la population meure des émissions de CO2. Mais pour la Chine, à une telle échelle contrôler la ville ne suffit pas, il faut également contrôler la population. Ainsi, en 2014 le gouvernement avait révélé le crédit social, un plan récompensant les citoyens se comportant bien et punissant ce qui se comportent mal. Ces derniers peuvent être interdit d’acheter des tickets de train ou d’avion pour avoir fumé dans un train. Pour le moment, ce système est géré par les gouvernements locaux plutôt qu’instauré au niveau national, mais il est fort probable que cela change à l’avenir.

Tous les systèmes de surveillance mis en place par le gouvernement lui ont permis de collecter de nombreuses données. Pour les exploiter, il peut compter sur les BATX, les géants de la tech chinois. Alibaba a analysé le trafic routier pour optimiser plus d’un millier de feu de circulation à Hangzhou. La métropole est ainsi passée de 57ème ville avec le plus de bouchon en Chine à 7ème. Le gouvernement de Shenzhen a confié 809m² à Tencent pour développer une ville du futur tournée autour de la technologie et de l’innovation.

Le système de crédit social chinois est extrême et très mal perçu en dehors du pays. Mais personne ne peut nier l’avance technique de la Chine en matière de smart city. Cette avance suscite l’intérêt en dehors du pays. Ainsi, de plus en plus de villes étrangères font des affaires avec les entreprises chinoises. C’est par exemple le cas de Darwin en Australie qui a conclut un contrat de 10 millions avec Huawei pour s’équiper en capteurs, lumières et caméras.

Actualités dans la même thématique ...

Réagir à cet article