MENU
THEMES

PARTAGER CETTE PAGE SUR LES réseaux sociaux:

Euclidia, un collectif pour un cloud 100% européen

Publié le: 29/07/2021  |  Par: Guide Informatique  
Euclidia, un collectif pour un cloud 100% européen

Euclidia est un nouveau collectif de 23 membres voulant développer un cloud 100% européen. Il se pose en concurrent au projet franco-allemand Gaia-X, qui veut un cloud européen produit par des acteurs non-européens.

 

Euclidia est un nouveau collectif, sans forme juridique pour le moment, partageant la même mission que Gaia-X. L’objectif : proposer un cloud européen souverain et non concerné par les lois étrangères telles que le CLOUD Act, qui permettent au gouvernement américain d’accéder aux données stockées par des entreprises américaines, même si elles appartiennent à des entreprises non américaines. Cependant, à la différence de Gaia-X, Euclidia tient à promouvoir les solutions européennes, c’est-à-dire développer ses propres solutions plutôt que de continuer à dépendre des GAFAM ou des fournisseurs chinois et indiens. 

À l’origine, c’était également la mission de Gaia-X. Néanmoins, le projet a abandonné ses objectifs initiaux et ne visent aujourd’hui plus qu’à créer un écosystème à l’abri des réglementations étrangères. Peter Altmaier, ministre allemand de l’Économie et de l’Énergie, expliquait : “l’enjeu central du projet est de rassembler les fournisseurs de services et d’infrastructures existantes autour d’un référentiel qui liste des attributs obligatoires, tels que l’absence de soumission à certaines réglementations comme le CLOUD Act américain”. En octobre 2020, les membres fondateurs du projet allaient jusqu’à affirmer que les géants du web chinois ou indiens pourraient rejoindre le projet de cloud européen. Aujourd’hui, Gaia-X ne vise donc plus à développer une solution européenne, mais à se reposer sur les acteurs étrangers tout en garantissant un très haut niveau de sécurité et de protection de données. Par ailleurs, les managers du projet Gaia-X sont majoritairement membres de grandes entreprises ayant des accords stratégiques avec Amazon Web Service et Microsoft.

En désaccord, avec ce nouvel objectif, 23 organismes européens se sont associés autour du collectif Euclidia. Il s’agit de Abilian, Amarisoft, Beremiz, BlueMind, Clever cloud, E. Corp, Jamespot, Innoroute, Linbit, Netframe, Nexedi, Nextcloud, ng-voice, Nitrokey, OpenSVC, Patrowl, Rapid.Space, Scaleway, SenX, Signal18, Submer, Vates et XWiki. Par ailleurs, l’alliance Euclidia est soutenue par le conseil national du logiciel libre, OW2, le fonds de dotation du Libre, ainsi que l’association européenne des innovateurs en télécommunications de nouvelle génération. Jean-Paul Smets, vice-président d’Euclidia et PDG de Rapid.Space, explique : “cette alliance réunit des acteurs prêts à fournir sous licence des technologies cloud à des gouvernements qui veulent dépendre le moins possible d’acteurs étrangers en supprimant les problèmes d’extraterritorialité.” L’alliance veut notamment proposer des offres cloud IaaS, PaaS, SaaS, edge et vRAN. 

Si l’objectif d’Euclidia peut paraître séduisant, l’organisme devra savoir se montrer particulièrement convaincant pour se faire une place face à Gaia-X, ce dernier étant directement porté par le gouvernement allemand.

Actualités dans la même thématique ...

Réagir à cet article