MENU
THEMES

PARTAGER CETTE PAGE SUR LES réseaux sociaux:

Des sénateurs américains veulent utiliser la technologie pour mettre fin à la conduite en état d’ébriété

Publié le: 31/10/2019  |  Par: Guide Informatique  
Des sénateurs américains veulent utiliser la technologie pour mettre fin à la conduite en état d’ébriété

En 2017 aux États-Unis, 10 847 personnes ont perdu la vie dans des accidents impliquant une personne sous l’emprise de l’alcool selon la NHTSA (National Highway Traffic Safety Administration). Cela correspond à presque trente personnes par jour, et ce, malgré les campagnes de prévention. Face à ce problème stagnant deux sénateurs américains, le démocrate Tom Udall et le républicain Rick Scott, souhaitent appliquer une solution radicale : empêcher les conducteurs de démarrer leurs voitures s’ils dépassent le taux d’alcool autorisé, ce dernier est de 0,08% aux États-Unis. Une loi similaire a été introduite dans la chambre des représentants par le démocrate Debble Dingell, il souhaite imposer le contrôle du taux d’alcoolémie en 2024.

Les constructeurs automobiles pourraient déterminer le taux d’alcool d’un conducteur lorsqu’il touche le volant ou le bouton de démarrage du véhicule. Il est également possible d’installer des traqueurs surveillant la respiration ou les mouvements des yeux. La NHTSA a déjà investi 50 millions de dollars au cours des dix dernières années dans le développement de ce type de technologie. L’agence est parvenue avec des constructeurs automobiles à mesurer le taux d’alcool sous la peau en utilisant une lumière infrarouge sous le bout du doigt. Des tests sont en cours dans les États de Maryland et de Virginie.

Volvo travaille déjà sur le sujet, le constructeur a annoncé vouloir équiper ses véhicules de détecteurs dès le début de la prochaine décennie. Si le véhicule se rend compte que le conducteur n’est pas sobre ou qu’il regarde son téléphone il pourra réduire sa vitesse et même se garer.

Selon la NHTSA un tel changement pourrait sauver 7000 vies par ans. Les parents pourraient également protéger leurs enfants en réduisant la limite à zéro gramme d’alcool par litre de sang, la régulation pour les moins de 21 ans. Le projet bénéficie du soutien de l’association Mothers Against Drunk Driving visant à empêcher la conduite en état d’ébriété. Cette association est connue pour avoir fait passer le National Minimum Drinking Age Act en 1984, un texte sanctionnant les États qui n’interdisent pas la consommation d’alcool aux individus âgés de moins de 21 ans.

Bien que cette loi puisse sauver de nombreuses vies elle a des opposants. Certains argumentent qu’il s’agit d’une punition collective. Relativement peu de personnes conduisent en état d’ébriété mais en conséquence tout le monde devra payer sa voiture plus chère puisqu’elle nécessitera de nouveaux capteurs. De plus la viabilité du projet reste à déterminer. Par exemple, si le véhicule contrôle le taux d’alcoolémie uniquement au démarrage comment s’assurer que le conducteur ne fraude pas en faisant démarrer son véhicule par quelqu’un d’autre. De plus que ce passerait-il si quelqu’un casse volontairement les capteurs ou pirate le système pour désactiver le contrôle ? Les constructeurs peuvent également tenter de bloquer le projet. Il reste donc à savoir si ce texte de loi réussira à être promulgué. Ce ne sera pas forcément chose aisée sous le gouvernement de Donald Trump, ce dernier lutte déjà contre la Californie pour assouplir les règles d’émission de CO2.

Actualités dans la même thématique ...

Le moteur de recherche de Google est désormais plus intelligent. Grâce au NLP (natural language processing) Google Search est capable de mieux comprendre le lien entre les mots dans une phrase. Ce changement devrait modifier le classement des résultats d’une recherche sur dix. Un employé de ...

Réagir à cet article