MENU
THEMES

PARTAGER CETTE PAGE SUR LES réseaux sociaux:

Des lunettes intelligentes pour mieux nager

Publié le: 31/10/2019  |  Par: Guide Informatique  
Des lunettes intelligentes pour mieux nager

La technologie bouleverse tous les domaines de notre vie. Nos façons de travailler et de communiquer ont étaient complètement bouleversés par les smartphones, réseaux sociaux et autres assistants vocaux. Mais certains domaines ont plus de mal à intégrer la technologie que d’autres, c’est notamment le cas du sport.

Le sport, qu’il s’agisse de football, de tennis ou même de boxe demande une concentration permanente. L’ensemble du corps et de l’esprit est sollicité, tout appareil électronique viendrait parasiter l’activité. Il est impossible de s’arrêter au cours d’un match de foot pour regarder son téléphone. Pourtant, la technologie peut s’avérer très utile dans une activité sportive en traquant des indicateurs comme la vitesse, la localisation, la fréquence cardiaque, etc... Un potentiel que les professionnels ont bien saisi. De nombreuses entreprises proposent des montres connectées comme Fitbit ou l’Apple Watch permettant de collecter ces données. L’athlète n’a qu’à porter l’appareil pendant l’activité pour collecter ces informations. Il peut alors les consulter plus tard pour analyser ses performances. Mais pendant l’effort le problème est toujours le même, il n’est pas possible de s’arrêter pour regarder son écran, même s’il est autour du poignet.

Dan Eisenhardt a bien compris ce problème, dès 2010, soit un an avant l’annonce des Google Glasses, cet entrepreneur danois a fondé Recon Instruments, une entreprise produisant des lunettes avec écran. Le premier produit, nommé Transcend était un masque de ski équipé d’un écran destiné aux sports d’hivers. L’écran affichait des informations comme la localisation, la température, la vitesse et l’altitude. D’autres produits ont suivi, comme des écrans pouvant être intégrés au masque de ski de son choix. On retrouve également le Jet, destiné au cyclisme et à la course à pieds. De plus, de nouvelles fonctionnalités ont été développées comme la possibilité de connecter le masque à son smartphone pour afficher ses SMS et appels. Ces produits avaient néanmoins un défaut majeur, il n’était pas possible de voir à travers l’écran. Recon Instruments a finalement été vendu à Intel en 2015 qui a abandonné son développement en 2017.

Mais Dan Eisenhardt n’a pas abandonné son idée pour autant. Avant d’être entrepreneur, il était nageur professionnel. Il s’est donc naturellement tourné vers ce domaine pour sa nouvelle entreprise, Form. Le danois explique qu’en temps que nageur, il est très contraignant d’avoir à regarder le panneau d’affichage au bord de la piscine pour voir le chronomètre. Il a donc conçu des lunettes de natation affichant le temps écoulé, la distance parcourue et d’autres informations comme le nombre de mouvements de bras effectués. Contrairement aux produits de Recon Instruments, les lunettes Form superposent les informations au champ de vision, elles n’obstruent donc pas la vue. C’est donc un produit complet qui pourrait un jour être la norme dans les compétitions officielles. Form a néanmoins un concurrent : SwimAR. Les fonctionnalités sont similaires mais l’approche est différente. Plutôt que de vendre des lunettes intelligentes SwimAR vend un écran qui vient s’attacher sur n’importe quelles lunettes de natation. L’entreprise envisage toutefois des fonctionnalités supplémentaires possible grâce à la réalité augmentée comme avoir l’impression de nager au milieu des dauphins.

Après l’échec des Google Glass nous observons l’arrivée de nouveaux projets de lunettes intelligentes. Si ces deux projets se limitent à la natation nous pourrions un jour voir des lunettes adaptées à tous les types de sport.

Actualités dans la même thématique ...

Ce n’est pas un secret, la lumière qu’émet nos écrans est mauvaise pour nos yeux. Cette lumière est bleue, les écrans l’émettent pour rester visible dans le noir. Depuis des années les opticiens vendent des lunettes filtrant cette lumière bleue. Nous ...

Réagir à cet article